Avertir le modérateur

20/05/2008

Atmosphère de peur et début de choléra

De retour en France, nous tirons un bilan positif de notre mission car le potabilisateur d'eau et le reste de notre matériel ont été remis à des personnes de confiance, la Croix rouge locale et une association d'étudiants passés par l'Alliance française. Des personnes motivées que nous avons très bien pu former, à de nombreuses reprises et qui, nous en sommes sûr, mettront ce matériel au service des populations touchées.

Au vu des difficultés pour obtenir un visa et pour faire rentrer du matériel, nous sommes content de ce que nous avons pu faire. On s'en rend compte quand on voit les difficultés que rencontre le gouvernement français avec son aide. Il faut dire que notre ministre, en prônant l'ingérence dans un pays au régime dictatorial, ne les aide pas.

Nous ne savons pas si nous pourrons retourner en Birmanie, notamment car nous avons reçu peu de dons (pour en faire, cliquez ici). Nous allons cependant au devant d'une deuxième catastrophe humanitaire, le choléra se déclare par endroits, et je ne sais pas si on s'en rend compte ici.

Cette opération fut très difficile d'un point de vue psychologique car nous étions constamment épiés, les gens ne voulaient pas nous aider de peur d'être interrogés ensuite. L'armée bloque les routes et surveille les étrangers qu'elle confine dans la capitale. Une atmosphère de peur règne sur place, les représentants des autorités sont lourdement armés et les gens se rappellent des moines qui ont été tué pour s'être révoltés. Comme nous ne voulions pas mettre en péril notre mission, nous n'avons donc pas pu tout raconter quand nous y étions.

19/05/2008

Journée du 19 Mai

Cette journée a été consacrée aux préparatifs de retour et au debriefing de la mission. Nous avons également eu une discussion sur le matériel à faire acheminer pour assurer la maintenance de l'unité de potabilisation d'eau sur place.

Le but de la mission est atteint, malheureusement nous manquons toujours défaut de dons qui sont plus souvent consacrés aux grosses structures humanitaires.

Un rapport complet de la mission sera rédigé très rapidement
 
Retour de l'équipe demain a Roissy aux alentours de 7h.

Journée du 18 mai

Nous avons finalisé la livraison du potabilisateur d'eau à la Croix Rouge du Myanmar, après différents contrôles devant les autorités du Ministère de la Santé, techniciens, responsables Croix Rouge....

Suites aux essais concluant et après une installation par leur propre personnel, ils ont trouvé le potabilisateur très efficace et pratique. Nous avons signé avec le Président de la Croix Rouge du Myanmar (M.R.C.S.), un certificat de donation où le G.S.C.F. s'engage à assurer la fourniture en filtres et consommables pendant une durée de 1 mois pour l'appareil.

Nous avons transmis notre matériel de soin à une association locale qui le distribuera des demain.

Nous avons confirmation par cette même association que le matériel déjà donné précédemment (lot électrique, médicaments...) a été distribué à la population.

Un rapport nous sera transmis par l'association qui nous détaillera l'usage qui en a été fait.

 La mission actuelle s'effectue sur les fonds propres du G.S.C.F. nous lançons donc, de nouveau, un appel aux dons.

1808106179.JPG
 
702497992.JPG
 

 

1809336447.JPG
Moment de joie avec les enfants où nous avons offert des yoyos et des crayons. Petite anecdocte un des enfants est celui que nous avons sorti de l'eau hier. 

 

17/05/2008

Journée du 17 mai

Nous avons passé la journée avec le personnel de la Croix Rouge du Myanmar, ainsi que des techniciens du Ministère de la Santé. Les tests de traitement sont encourageants. 

Nous poursuivons la formation avec la mise en oeuvre d'un bac de décantation afin d'optimiser la qualité de l'eau.

Tenant compte du fait que nous soyons apparemment les seuls à faire la démonstration de potabilisation avec un tel appareil, il est très difficile de comparer le résultat obtenu avec un appareil d'une autre origine.

En effet, nous rencontrons toujours le même problème de surcharge de particules dans l'eau pompée.

L'utilisation du bac de décantation devrait parer en grande partie à ce problème.

Fait notable de la journée, nous avons procédé au sauvetage d'un enfant qui est tombé d'un ponton endommagé par le cyclone qui se trouvait à proximité du lieu de notre manoeuvre.

1992529549.JPG

 

16/05/2008

Journée du 16 mai: quelques photos

Nous avons testé le potabilisateur d'eau avec le personnel de la Croix Rouge Birmane, actuellement les résultats de la potabilisation ne sont pas concluants. En effet, l'eau est très chargée en boue, ce qui rend très difficile une purification correcte.

Nous effectuerons de nouveaux tests demain matin, afin de trouver des solutions.

Notre matériel électrique (groupe électrogène, lampes, baladeuses, rallonges...) partira demain dans un convoi en partance des zones sinistrées par le biais de contacts Birmans qui se chargerons de sa distribution. 

 

La formation sur place sous la pluie:

1727629504.JPG
1600490094.JPG
 

 

15/05/2008

Journée du 15 mai 2008

L'accès aux zones sinistrées se restreint de plus en plus, les autorités Birmanes ayant moins à faire avec le déblaiement des voies, ils peuvent désormais se focaliser sur la mise en place de check-point tout autour de Yangon.
 
Nous ne souhaitons pas forcer l'accès aux zones sinistrées et prodiguer des soins, pour éviter d'avoir maille à partir avec la junte militaire. Nous sommes donc décidés à axer nos efforts sur la mission initialement prévue et la plus urgente, qui reste la livraison du dispositif de potabilisation d'eau, ainsi que la formation à son utilisation.

Lire la suite

Journée du mercredi 14 mai 2008

par Vincent Bohers

Nous sommes actuellement dans les démarches afin de connaître le lieu où nous effectuerons la formation pour le potabilisateur d'eau ainsi que le lieu où il sera installé. Dans un second temps nous essayons de nous rendre dans une zone où nous pourrions prodiguer les premiers soins mais les accès sont pour l'instant bloqué pour des raisons de sécurité nous gardons pour nous les futurs lieux où nous allons nous rendre.

Nous ne pouvons malheureusement pas vous faire part de nos impressions personnelles sur la situation telle que nous la ressentons...

Le temps est assez pluvieux nous rentrons dans la période de mousson, ce qui rend les conditions plus difficiles pour les victimes.

1962240624.JPG
71983152.JPG
 

 

13/05/2008

Arrivée sur place

Arrivés à Yangoun ce 13 Mai a 11h. A notre arrivée aucun problème à notre passage aux douanes grâce au laissez-passer.

Nous nous sommes rendus à l'ambassade de France où nous avons présenté notre matériel de purification d'eau sachant que nous disposons également d'un groupe électrogène, de lampes torches avec piles, de lots éclairage... Médicaments, lots de soin, gants, masques...
L'ambassade nous a conduits à une réunion de l'O.N.U. où nous avons eu un débriefing avec différentes O.N.G.
Le problème actuellement étant l'eau et la mobilité des équipes qui reste réduite. Très peu de potabilisateurs d'eau sont actuellement sur place. Le nôtre est donc convoité à cause de sa légèreté et de sa rapide mise en place.

Nous nous sommes enregistrés auprès de O.C.H.A. où nous avons présenté notre matériel à la Croix-Rouge française en collaboration avec celle-ci nous allons former le personnel à se servir du purificateur d'eau. Nous devons trouver un lieu pour la formation et pour traduire le mode d'emploi du purificateur d'eau. La Croix Rouge se charge actuellement de la recherche de ce personnel.

1236325862.jpg
AFP ¦ Des Bangladais chargent à Dacca de l'aide alimentaire à destination de Birmanie



Beaucoup de personnes d'O.N.G. ou de l'O.N.U. sont surprises par le fait que nous ayons des visas et que nous ayons fait passer un purificateur d'eau dans le pays.

Pour l'instant apparemment tout est fermé autour de la capitale, demain nous pensons connaître le jour où la formation aura lieu et peut-être l'endroit où il sera mis en place. Nous nous sommes engagés à faire suivre les filtres d'entretien du purificateur à notre retour en France.

Actuellement le purificateur dispose d'une autonomie de 15 jours. Impossible de joindre la France par téléphone portable, nous pouvons seulement accéder à un cybercafé qui est très fréquenté.

12/05/2008

L'interview sur 20minutes.fr

Lundi, trois sapeurs-pompiers du Groupe de secours catastrophe français (GSCF), une ONG basée à Villeneuve-d'Ascq (Nord), partiront en Birmanie sur les lieux dévastés par le cyclone Nargis. Thierry Velu, le président du GSCF, nous explique pourquoi

Comment se fait-il que vous soyez la première ONG à avoir obtenu des visas?
Sans doute le fait de posséder une unité de potabilisation d’eau. Avec la catastrophe, le manque d’eau potable se fait cruellement sentir et notre matériel qui peut purifier 1.500 litres d’eau par heure, va sauver de nombreuses vies.

Quel est votre programme?
A notre arrivée, nous allons former plusieurs personnes à la purification d’eau. Puis, lorsque nous repartirons en France (dans dix jours), nous donnerons notre matériel aux Birmans qui pourront ainsi continuer à aider la population.

Que pensez-vous de l’attitude de l’Etat birman qui bloque l’arrivée de l’aide internationale?
Pour des raisons de sécurité, je préfère ne pas faire de commentaires. Tout ce que je peux dire, c’est que, même si nous sommes déjà intervenus sur de grosses catastrophes (tsunami, Katrina, Sud Liban…), nous sommes surpris et heureux d’avoir obtenu ces visas.
Car hormis les grosses structures installées en permanence sur place (MDM, Action contre la Faim), nous faisons partie des rares à avoir le droit d’intervenir en Birmanie.

Quelle analyse faites-vous de cette catastrophe?
A mon avis, c’est pire que le tsunami de décembre 2004. Car il y a trois ans, la vague avait pu être évitée par des personnes réfugiées en hauteur. Mais là c’est un violent tourbillon d’eau et de boue qui a tout emporté sur son passage, à commencer par les habitations souvent très précaires. Il n’y a aucune zone de survie. Même si la Birmanie avance le chiffre de 23.000 morts et de 37.000 disparus, à mon avis le bilan est, pour l’instant, plus proche des 100.000 victimes, un chiffre avancé par les experts de l’ONU.


Propos recueillis par François Launay

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu